Il y a des projets, des rencontres qui changent la vie. C’est le cas de Margaux, dont le voyage lui a donné l’envie de se battre pour une cause : l’écologie. Cette jeune femme, a décidé de prendre ses bottes et de salir les mains pour se lancer dans un tour de France de l’agriculture naturelle.

Max : Bonjour Margaux, peux-tu te présenter ?

Margaux : Bonjour, je m’appelle Margaux, j’ai 27 ans et je suis actuellement en plein tour de France des pionniers d’une agriculture naturelle et ce jusque début décembre.

10649486_517500648453805_7648144361233585571_n

M : Quel est ton parcours ?

Margaux : Après une maîtrise de droit européen et international je suis partie en Amérique du sud faire 6 mois d’éco-volontariat dans le cadre du projet que j’ai monté et que j’ai appelé « Green solidarity my way ». Cette expérience m’a ouvert les yeux sur beaucoup de choses, sur la réalité écologique de terrain mais aussi sur moi-même. En rentrant de mon expérience de volontariat en Amérique du sud j’ai approfondi la question de la préservation de la biodiversité grâce au Master 2 BIOTERRE « BIOdiversité, TERRitoires, Environnement » à la Sorbonne. Après une alternance chez Eiffage Énergie IDF (branche environnement) et un service civique au REFEDD je suis finalement partie vivre un an au Chili dans un projet agricole en biodynamie. Je suis rentrée en mars dernier pour monter mon projet de tour de France des HAPPY CULTORS.

 M : Qu’est-ce que qui t’as amené vers l’agriculture ?

Margaux : Ces diverses expériences combinées m’ont permis de comprendre à quel point l’agriculture était un axe stratégique pour travailler à la fois sur la santé, la préservation de la biodiversité, le lien social, le bien-être, la beauté du paysage et la création d’emploi. Et puis j’aime beaucoup travailler la terre et m’émerveiller de tout ce qui y pousse. (rires)

12909412_524023224468214_8760858799889643932_o.jpg

M : Comment as-tu préparé ce projet ? Combien de temps ?

Margaux : Je l’ai préparé seule en très peu de temps, en 2 mois et demi.

M : Quelle est ta meilleure expérience pour le moment ?

Margaux : Aucune, elles sont toutes merveilleuses et pour des choses très différentes. (sourire) Chaque étape a le bénéfice de m’ouvrir de nouvelles portes, de faire tomber certains clichés et surtout de rencontrer des gens géniaux !

13091966_538856849651518_6366623514018240915_n

M : Le nom du projet déchire, ta vidéo dans le métro est géniale, sans oublier la voiture, ce sont des coups marketing de génie, où as-tu appris à faire ça ?

Margaux : Tu es trop sympa merci !! Je n’ai rien appris du tout, j’avais aucuns moyens financiers, je me suis demandée ce que je pourrais faire avec les moyens du bord et ça a donné ça.(rires)

Après pour ne rien te cacher la vie fait bien les choses et m’a envoyé plein de beaux cadeaux (comme cette voiture de 20ans. qui a été un don du grand-père d’une de mes meilleures amies).

13173990_537284199808783_219071721108595623_n.jpg

Manquant de temps pour communiquer je me suis demandée ce que je pourrais bien faire alors j’ai pris mon courage à deux mains et je suis allée dans le métro… La fine équipe qui m’y a accompagnée pour filmer n’était constituée que d’amis d’amis (je ne les connaissais pas) qui ont fait ça bénévolement !

 

M : Qui soutient ton projet ?

Comme « Tout seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin » je me suis dit qu’il était important que je tisse des partenariats. De tous ceux sur ma page :  aucun n’est financier. Deux mécènes m’ont toutefois aidée pour acheter mon caméscope et financer ma formation « Agriculture bio et filières à la ferme Ste Marthe en septembre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

M : J’ai vu que tu comptais faire une box tour de France ? Qu’est-ce qu’on pourra retrouver dedans ?

Margaux : La box est en ligne ici et après rupture de stock les filles de la team Dream Act viennent de faire un réassort (sourire)

13174001_536776453192891_7251643031326555102_n.jpg

M : Quels sont tes futurs projets (film, livre, etc) ?

Margaux : Depuis quelques mois j’écris un projet de court-métrage “MA VI[LL]E”.
À travers ce dernier et tout ce que j’ai filmé et vais filmer pendant ce Tour de France, j’aimerais répondre à ces questions :
– Qu’est-ce que la biodiversité ? En quoi notre vie y est intimement liée?
– Comment intégrer cette biodiversité qui nous fait tant de bien dans nos quotidiens urbains ?
– Comment cette reconnexion à la nature en milieu urbain peut nous rapprocher d’une certaine spiritualité ?

 M : Quelles sont tes inspirations écologiques ?

Margaux : Je dirais que ce qui a compté dans mon engagement est :

  • le fait qu’aujourd’hui nous vivons une crise majeure d’extinction de la biodiversité (on va 100 fois plus vite qu’au cours des 5 grandes crises précédentes, la dernière étant la crise du Cétacé qui a vu l’extinction des dinosaures il y a 65 millions d’années), que d’après les crises précédentes la vie reprend toujours ses droits et de manière souvent plus forte seulement pour cela il faudra des millions d’années. Il n’y a donc aucune raison pour que le dynamisme du vivant ne conduise pas, post-crise, à l’apparition de nouvelles espèces ; en revanche ce sont les conditions de la vie même de l’espèce humaine qui est en jeu (propos issus du cours de Bruno David, directeur de recherche au CNRS). Aura-t-on la patience d’attendre un million d’années que la biosphère refleurisse ?
  • Une citation de Pierre Rabhi « On mange tellement de choses toxiques que ce n’est pas bon appétit que j’ai envie de dire aux gens mais bonne chance ».
  • L’information que l’on gaspille 30% si ce n’est la 1/2 de notre production alimentaire mondiale (je n’ai plus la référence de la dernière étude que j’avais lue)

la prise de conscience que l’agriculture industrielle provoque maladies, pollutions, famines, appauvrissement des sols et nous prive de la diversité des semences transmises par plus de 500 générations de paysans (propos issus des discours de Claude Aubert, Henri Joyeux et Philippe Desbrosses. Une des conférences de référence parmi tant d’autres :  https://youtu.be/YxatJWxCOzM)

 

M : Penses-tu être capable de revivre à Paris après ce périple ?

Margaux : J’y crois de moins en moins ! S’il est capital de reverdir nos villes pour les rendre plus vivables, plus respirables, j’ai de plus en plus envie de m’installer à la campagne pour monter un projet en permaculture.

12107924_461051354098735_8344294927287488092_n.jpg

M : Est-ce que tu crois que notre génération va réussir à faire triompher l’écologie ?

Margaux : Oui bien sûr !!! On a tout a réapprendre mais on ne peut pas aller plus mal alors autant s’investir autrement !

Instant pub

L’idée de ce projet m’est venue en haut des montagnes de la Sierra Nevada en Colombie dans un village Khogi l’année dernière. À ce moment-là je me suis demandée : « Comment vivre cette paix, harmonie avec la nature une fois rentrée chez moi ? ».

Je suis en pleine quête de comment fonctionne la vie, comment vivre en harmonie avec la nature et chaque jour est une vraie surprise. C’est souvent difficile de trouver le temps d’écrire, filmer, communiquer en même temps mais je le fais quand même dans l’espoir que cela serve à d’autres personnes. Alors, vous me suivez ?

Retrouvez les aventures de Margaux sur son blog, facebook, twitter, instagram et youtube.

Retrouvez-moi sur vos réseaux sociaux favoris :

facebook twitter instagram

 

 

Publicités